vendredi 12 septembre 2014

My Top Ten Fall 2014 Fragrance Launches


After the rainiest month of August since 1959, Paris is easing into a mild September – a slightly melancholy, elegiac period of earlier sunsets, cooler nights and snatches of warm rays between high, hazy clouds…

Is this melancholy tipping over of seasons the reason ghosts keep drifting past the corner of my eye? Or is it the invasion of moths that’s had me sorting through more than two decades’ worth of sartorial archives, deciding what to clean, what to store and what to let go? Opening up garment bags has released the host of ghosts caught in the folds of those dresses… Though no whiffs of past fragrant loves emerged (just the smell of dust and textiles), the chore has set me to thinking of perfumes in terms of hauntings, possessions and spirit-raising. Hence the theme of this fall’s top 10 fragrances: new releases touched by remembrance of time past.

Apart from Coco Noir Parfum and Cuir d’Ange which I’ve already reviewed, I’ll be dedicating full-length posts on those in coming weeks.

My first two entries are polar opposites: one is a forward-looking reinvention of old fragrance families; the other raises the dead.

Thierry Mugler Les Exceptions collection
The collection, penned by Olivier Polge and Jean-Christophe Hérault, strips down old genres to their bearing walls and reconstructs them (fougère, oriental, chypre, floral, the only modern family being musk). I had a passing sniff of this at The Bay in Canada, where it was pre-launched, and what I smell got me rather excited.

Jean Patou Que sais-je?
The prospect of acquiring a “new vintage”, old-school fruity chypre is one that would many any perfume lover slaver. Bridging the gap between Mitsouko and Femme, Que Sais-je? brings outs the underlying toughness of the genre, especially since by streamlining its formula, Thomas Fontaine has made it a little gaunter. Overall, it’s quite close to the 1980s re-edition by Jean Kerléo.

Though they don’t smell much like it, the next two entries seem to me to be haunted by a Féminité du Bois type of structure, which is in turn an offshoot of Femme.

Chanel Coco Noir Parfum
I’ve only just reviewed this much more compelling version of the 2012 Coco Noir, so just click here to read up. There can never be too many extraits.

Fragrance Republic! OI/N°08
Rosabotanica (Balenciaga), co-authored by Olivier Polge and Jean-Christophe Hérault, deconstructed rose to reveal lesser-known, aromatic-green facets. In Osmanthé (the working title of FR!OI/N°8), Jean-Christophe Hérault submits osmanthus to a similar treatment. I’ve been wearing it all summer, but its musky apricot jam tenderly rubbed in wood will segue beautifully into fall.
Please note that this is only available in the US via Fragrance Republic!

My 5th and 6th picks hint at a fougère mutation towards the feminine – something I’m also getting for the pretty-nice-for-mainstream Burberry Brit Rhythm for Her.

Serge Lutens L’Orpheline
Yet another scent haunted by Lutens’ childhood, this new addition to the “rectangular” collection turns the chilling concept of Laine de Verre  (a war between the masculine and the feminine) into a disquietingly tender, quivering charcoal sketch – an aldehyde-incense axis softened with vanilla. I’ll soon be publishing an account of my conversation with Serge Lutens at the launch.

Bottega Veneta Knot
Just as Michel Almairac twisted the fruity chypre with Bottega Veneta, Daniela Andrier revives and modernizes the feminine fougère with this ethereal, twinkling fragrance.

I’ve paired off these two because of the obvious angel/devil contrast…

Hermès Cuir d’Ange
Jean-Claude Ellena’s lovely tribute to Hermès – both the house and the wing-footed messenger of the gods – exorcises the animal out of the leather. For the full review, click here.

By Terry Rose infernale
If Ellena’s angel skin is as femme as a swansdown powder puff, Sidonie Lancesseur’s devil rose is butched up with vetiver – a structure it shares with Rosabotanica and Ylang 49 – and aromatic nutmeg, a spice more commonly found in masculines.

My last choices, though thoroughly modern, are haunted by notes that mainstream perfumery stuffed in a crypt a couple of decades ago: aromatic bitterness and animalic funk…

By Kilian Smoke for the Soul
Part of By Kilian’s new Addictive State of Mind trilogy, Fabrice Pellegrin's Smoke for the Soul conjures the smell of weed with bitter (grapefruit), camphoraceous (eucalyptus), aromatic (thyme) and smoky (birch) notes. But it also brings to mind Bandit’s fierce bitterness – this smoke is seeping from the black Piguet bottle.


Cartier La Panthère Extrait de Parfum
My first sniff of this made me coin the word « grwow » -- a portmanteau of “grrr” and “wow”. This version prods the original’s musk accord until it turns feral. I’ll be getting my claws on a sample soon for a fuller prowl. 

For more Top Tens of fall, please visit Bois de Jasmin, Now Smell This and The Non-Blonde.


Spectres d'automne: Mon Top 10 des lancements de la saison



Comme à toutes les saisons, mes consœurs de Bois deJasmin, Now Smell This, Perfume Posse et The Non-Blonde m’ont conviée à partager mon Top 10, en l’occurrence de l’automne. Le passage d’un mois d’août pourri à une rentrée plutôt douce n’ayant pas dicté un grand changement dans ma rotation de parfums, je préfère signaler ceux d’entre les lancements récents qui m’ont le plus intéressée. Mis à part Coco Noir Parfum et Cuir d’Ange, sur lesquels j’ai déjà publié un avis, voici donc, sans ordre de préférence, les nouveaux parfums de l’automne auxquels j’espère consacrer un billet prochainement…

Mes deux premiers choix sont diamétralement opposés : l’un réinvente les familles olfactives classiques, l’autre ressuscite des parfums disparus…

Les Exceptions (Thierry Mugler)
Composée par Olivier Polge et Jean-Christophe Hérault, deux garçons dont on pense beaucoup de bien, ces Exceptions muglériennes éviscèrent différentes familles olfactives consacrées jusqu’à leurs murs portants pour les reconstruire : les notes ne sont pas forcément classiques, mais le rapport entre les valeurs olfactives suscite une forme fougère, chypre, orientale… À l’heure où j’écris ceci, le lancement de cette collection en France n’est pas encore fixé. Je n’ai pu la sentir qu’au passage à Montréal, mais ce que j’ai découvert m’a semblé assez fascinant.

Que sais-je ? (Jean Patou)
La perspective d’acquérir un chypre fruité « vintage neuf » a de quoi faire saliver n’importe-quel aficionado. Que sais-je ?, pont entre Mitsouko et Femme, met d’autant plus en exergue le côté « tough » de cette famille olfactive – n’oublions pas qu’elle est née en même temps que les vamps de l’après-Grande Guerre --, que la restauration de Thomas Fontaine a raboté certaines de ses rondeurs (IFRA oblige). Cette version reste néanmoins très proche de celle de Jean Kerléo.

Bien qu’ils n’aient pas la même odeur, les deux parfums suivants me semblent relever d’une structure dérivée de celle de Féminité du Bois (dérivé lui-même de Femme) : une matrice fruitée-boisée-musquée extrêmement influente et féconde.

Coco Noir Parfum (Chanel)
J’en ai parlé très récemment; je vous renvoie donc à mon billet sur le sujet (cliquez ici).

Osmanthé (Fragrance Republic!)
Rosabotanica (Balenciaga), co-signé par Olivier Polge et Jean-Christophe Hérault, déconstruisait la rose pour en révéler des facettes inédites. Dans Osmanthé, Jean-Christophe Hérault soumet l’osmanthus au même traitement. Je l’ai porté tout l’été, mais sa confiture d’abricot tendrement massée sur du bois me fera aussi l’automne…
N.B. Osmanthé est pour l’instant commercialisé uniquement aux USA par Fragrance Republic ! sous le nom de OI/N°08. Il sera lancé par Le Cercle des Parfumeurs Créateurs au printemps prochain dans la chaîne Beauty Success. 

Mes 5ème et 6ème choix relèvent de la fougère mutante et féminisée – un petit frisson de tendance qu’on relève aussi dans Burberry Brit Rhythm for Her.

L’Orpheline (Serge Lutens)
Encore un parfum hanté par l’enfance de Serge Lutens, qui tire le propos radical de Laine de Verre (une guerre entre le masculin et le féminin) vers une esquisse au fusain tremblante, étrangement tendre, sur un axe aldéhyde-encens maté par la vanille. Je publierai sous peu le récit de ma conversation avec Serge Lutens à l’occasion du lancement.

Knot (Bottega Veneta)
Comme Michel Almairac twistait le chypre fruité avec Bottega Veneta, Daniela Andrier hybride cologne et fougère via la lavande et la fleur d'oranger, dans un parfum à la fois impalpable et scintillant.

J’ai rassemblé les deux suivants parce qu’ils illustrent le binôme ange/démon de façon tout de même nettement plus intéressante que le parfum du même nom.

Cuir d’Ange (Hermès)
L’hommage irradiant de Jean-Claude Ellena à Jean Giono, certes, mais aussi Hermès – à la fois la maison et le messager des dieux aux pieds ailés – exorcise l’animalité du cuir. Pour lire mon billet à son sujet, cliquez ici.

Rose infernale (By Terry)
Si la peau d’ange d’Ellena est aussi féminine qu’une houppette de cygne, la Rose infernale de Sidonie Lancesseur assume sa part de virilité en se blindant de vétiver – structure qu’elle partage avec Rosabotanica et Ylang 49 – et de muscade, épice plus communément attribuée aux jus masculins.

Mes deux derniers choix, bien qu’absolument contemporains, convoquent des tessitures olfactives que le mainstream a depuis longtemps reléguées au caveau : l’amertume aromatique et le fumet de fauve…

Smoke for the Soul (By Kilian)
Dans ce parfum de la nouvelle trilogie Addictive State of Mind, Fabrice Pellegrin évoque les volutes de l’herbe qui fait rire avec des notes amères (grapefruit), camphrées (eucalyptus), aromatiques (thym) et fumées (bouleau). Il n’est pas interdit d’y subodorer le fantôme de Bandit.

La Panthère Extrait de Parfum (Cartier)
La première fois que je l’ai senti, je lui ai inventé un mot-valise, « graouh » (« grr » + « waouh »). Cette version culottée taquine l’accord musqué de l’original jusqu’à ce qu’il sente le fauve. J’espère qu’un échantillon tombera bientôt entre mes griffes…

jeudi 11 septembre 2014

Du nez à la plume: annonce du concours littéraire "Les Abeilles de Guerlain"




Que Guerlain se pique de littérature, quoi de plus naturel pour une maison qui a glané dans les livres les noms de certains de ses plus beaux parfums? 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE


« Parfois on trouve un vieux flacon qui se souvient,
D’où jaillit toute vive une âme qui revient. »
Charles Baudelaire, Les fleurs du mal


La Maison Guerlain et le cherche midi éditeur, en partenariat avec L’Express Styles, organisent
le prix littéraire « Les Abeilles de Guerlain » ; un concours de nouvelles dont la première édition a pour thème : la mémoire olfactive.

Les nouvelles seront soumises à un jury présidé par Laurent Boillot, président-directeur général de la Maison Guerlain, et parrainé par Erik Orsenna de l’Académie Française.

Les membres du jury:

Philippe Besson, écrivain
Noëlle Chini, libraire au Bon Marché
Philippe Claudel, écrivain
Kéthévane Davrichewy, écrivain
Élisabeth de Feydeau, écrivain
Pascale Frey, critique littéraire pour le blog onlalu.com et responsable du Grand Prix des lectrices de Elle
Adrien Goetz, écrivain
Delphine Peras, critique littéraire à L’Express
Lydia Bacrie, rédactrice en chef de L’Express Styles
Élisabeth Sirot, directrice du patrimoine Guerlain
Pom Bessot, éditrice au cherche midi

Les 20 nouvelles sélectionnées par le jury seront publiées dans un recueil à paraître au cherche midi éditeur en mai 2015.

Le concours est ouvert à tous, sous réserve de n’avoir jamais été publié auparavant (télécharger le règlement). Les nouvelles devront comporter au maximum 12 000 signes et être envoyées entre le 15 septembre et le 15 décembre 2014, à l’adresse suivante : abeillesdeguerlain arobase cherche-midi.com


Emblèmes de la Maison Guerlain depuis 1853, les abeilles prennent leur envol littéraire avec la création du Prix Les Abeilles de Guerlain, récompensant 20 nouvelles d’auteurs n’ayant jamais été publiés.

La Maison Guerlain est heureuse d’associer littérature et création en donnant leur chance à de nouveaux talents autour d’un thème à la fois intimiste et universel : la force d’évocation des parfums.

Le cherche midi éditeur est fier de s’associer à ce concours valorisant la recherche de nouveaux talents littéraires.

L’ensemble des droits d’auteur sera  reversé aux Restos du Cœur pour leur  atelier de lutte contre l'illettrisme.